Simon de Jerbiton

Avatar du membre
VincentM
Représentant de pôle
Messages : 261
Enregistré le : 07 septembre 2014, 17:31
Activité princiale : Jeu de Rôle
Genre : Masculin 

Simon de Jerbiton

Messagepar VincentM » 10 octobre 2014, 16:02

1223 : premiers jours du printemps, laboratoire de Simon de Jerbiton

Quel genre d’homme pouvait bien être le baron Amelin d'Arcy ?

Alors que Simon ex Jerbiton regardait l’école de la fenêtre de son laboratoire, cette question ne le quittait pas.

Il avait éconduit Marceline d'Arcy en lui expliquant qu’elle n’avait pas les moyens de s’offrir les secrets de la magie hermétique, mais il se trompait, finalement elle les avait.
Cependant c’est surtout le mari qui l’inquiétait, c’était un baron, cette fois c’est Simon qui souhaitait interagir avec les mondains plus l’inverse. On ne le lui reprocherait pas mais tout pourrait tellement mal se passer.
Était-ce un chasseur, un fainéant, un croisé, un grabataire ? Il semblait que non, d’après ce qu’il en avait appris des trois filles d'Arcy qui devaient à l’instant même étudier dans le bâtiment en face de lui.
Pourvu que le père d’Aude ne soit pas aussi retord que sa mère... à supposer que le baron était bien le père... un soucis de plus qu’il faudrait éclaircir.
Il devrait également être sûr, Aude avait elle le don doux ? Fait elle l’affaire ? Le seul camarade de son age est Aaron pas si facile d’observer les interactions qui la lient aux autres. Il lui faudrait également être capable de faire ce genre de vérification seul.

La lumière du soleil filtrait à travers les rares flocons de neige à s’attarder encore. Tout comme la lumière se reflétait sur la neige, elle éclairait une immense toile blanche dans le laboratoire de Simon, celui-ci lui tournait ostensiblement le dos. Malgré la présence d’une source magique de lumière dans la salle, la toile étaient tournée pour profiter au maximum de la lumière naturelle.
Il avait décidé de s’y atteler mais à présent il doutait qu’il en fut capable. Ces pinceaux ses peintures tout était rangé, cette fois il n’en aurait pas besoin. Sa palette était couverte de neige fondue, il avait voulu étudier la différence de teinte entre la neige fraîche et la blancheur grisâtre de la toile.

Qu’adviendrait il d’Aude s’il se tuait en ratant son expérimentation, dans celle-ci, celle qui lançait son projet expérimental, ou au cours de l’une des suivantes. Il pensait que le printemps serait propice à expérimenter ce rituel permettant de créer un tableau par magie. Mais Simon savait d’ores et déjà que ce ne serait pas le cas.
Il ne pouvait se résoudre à se retourner, les 2 foyers de son laboratoire s’étaient éteins à présent, la chaleur chutait, s’atteler à la tâche : NON, ouvrir la fenêtre par contre, observer l’extérieur de plus près pourquoi pas ? C’est à l’extérieur qu’étaient les réponses, Simon était si avide de réponses qu’il luttait contre la pulsion d’ouvrir cette ridicule barrière qui les séparait lui et elles.

Il en arrivait à cette idée quand il le vit.
Un point rouge s’approchait de l’alliance. Évidemment le toque rouge avait épousseté la neige qui le couvrait en s’approchant de l’alliance pour faire bonne impression. Du rouge sur du blanc, même perdu dans ses pensées Simon l’avait repéré de loin.
Simon avait choisi son laboratoire avec soin. Il avait une vue imprenable sur l’entrée principale de l’alliance, sur celle du manoir, sur l’école, sur l’écurie.
Inutile de se presser, dans la cour Richard s’affairait, il avait reçu une message la veille et semblait sur le départ, il s’occuperait de l’accueil du toque rouge. Trois messagers en si peu de temps. Simon repensa à la lettre dépliée sur son bureau à l’autre bout du labo. Cette missive arrivée l’avant veille était émise par le roi en personne, en voyant arriver le messager royal Simon avait crains le pire, mais non le roi s’enquérait simplement de la situation en Bretagne. Apparemment il y rencontrait des troubles.
Qu’est-ce que ça peut me faire, se dit Simon... On ne va pas lui tuer un dragon tous les ans. Les chevaliers anglais n’en chevauchent pas aux dernières nouvelles... alors que se passe t’il ?

Des troubles en Bretagne, il y a Expectatio et Fudarus là-bas, mais ils n’auraient pas ennuyé les mondains, quand bien même ils n’auraient pas appelé Richard en urgence.
En y regardant bien ce toque rouge vient de Dragon’s Rest. Tout est clair. Le roi pour la Bretagne, Rotgiers pour Montverte, et maintenant Proctor ex Guernicus pour Confluencis. Il se passe quelque chose de grave c’est évident.
Il se passe quelque chose de très grave : Les Tytalus, Montverte, les Guernicus, le roi, et donc Mathieus... les seuls partenaires qui comptent. Pourquoi est-il toujours le dernier au courant ?

Pourquoi ?
Un jour il sera toujours le premier au courant. Simon se retourna et leva les bras vers sa toile blanche. Un jour la vérité apparaîtra ici d’elle-même !! Il le faut.

Des pas précipités accouraient pour cogner à sa porte, la sienne en premier évidemment.
- Maître Simon ?!
- Je suis déjà au courant prévenez les autres.

Au courant de quoi ? il n’avait même pas pris la peine d’envoyer quelqu’un enquêter sur le baron, il n’en avait pas les moyens. Il n’était au courant de rien.
Au moins, s’il devait mourir avant l’été, ce ne serait certainement pas dans son propre laboratoire. Richard ne partirait sans doute pas seul.
Avatar du membre
VincentM
Représentant de pôle
Messages : 261
Enregistré le : 07 septembre 2014, 17:31
Activité princiale : Jeu de Rôle
Genre : Masculin 

Re: Simon de Jerbiton

Messagepar VincentM » 14 octobre 2018, 13:10

Hiver 1229 : quelques jours après Noël, laboratoire de Simon de Jerbiton

Simon attendait dans son laboratoire, assis à sa table... il attendait Isabelle d'Arcy qui devait venir partager son déjeuner en tête à tête.

Le laboratoire n'avait pas beaucoup évolué ces dernières années
Rappel : viewtopic.php?f=48&t=32&p=150&hilit=pl%C3%A2tre#p150

Il y avait cependant des changements notables, mais tous étaient très récents.
Sur la table le vase en argent est garni de fleurs comme à chaque fois qu'un invité est attendu. Isabelle qui s'est déjà présentée plusieurs fois ne peut ignorer que les fleurs présentes ici ont une signification. Quelques jours après Noël, aucun observateur ne sera étonné d'y trouver beaucoup de houx et une fine tige de guy, dissimulée au milieu... Simon était assez fier d'avoir pu se procurer facilement ces 2 « messages », mais ces plantes mettent en valeur une fleur présente en grande quantité et qu'on ne trouve pas en cette saison : des acanthes.

Cette fois la table est un peu reculée dans le laboratoire. Le tableau-ardoise qui coupe la visibilité d'un bout à l'autre n'est pas comme à son habitude derrière la table, mais tout de suite à droite quand on entre. Il sépare l'entrée en 2 pièces, la table fut reculée pour rendre possible la circulation autour.

Sur le tableau-ardoise, rien d'écrit, seulement un immense rectangle tracé à la craie. De l'autre côté comme d'habitude l'armoire, le miroir de plain pied, et le bureau sur lequel on trouve du matériel de maquillage et à présent un second miroir.
Enfin ça c'est ce que voit Simon et quiconque, en dehors d'Aude, dispose d'une résistance à la magie supérieure à 2. Pour les mages protégés par une parma, l'alerte est perpétuelle, mais elle reste douce et fini par s'oublier. Du coup Simon n'active pas toujours sa parma pendant les cours, mais là elle est active, au cas où.

La pièce est particulièrement bien chauffée... Les 2 cheminées produisent de belles flammes comme le braséro au centre du laboratoire. En plein hiver, on sent que le feu est continuellement entretenu et le laboratoire particulièrement bien isolé. Les fenêtres sont toutes calfeutrées par d'épais aggloméras de produits isolants réalisés sur mesures pour ce laboratoire et décorés en harmonie avec la pièce. Visiblement le calfeutrage restera là tout l'hiver, le laboratoire disposant d'un éclairage magique et depuis peu d'un objet magique assainissant l'air...une agathe négligemment posé sur une cheminée, le premier objet enchanté d'Aude.

Au fond du laboratoire le matériel de peinture est rangé, Simon n'a plus rien peint depuis plus de 2 ans. Et le sigma, (divan comme ceux sur lesquels les romains prenaient leurs repas) est tiré un peu plus au centre du laboratoire. En fait il faut savoir qu'il est là, car il disparaît sous d'épaisses couvertures.

Alors que se passe t'il ? en dehors de l'hiver et des débuts d'Audes dans la carrière d'enchanteresse pour justifier ces changements. Depuis 2 semaines Aude étudie l'art Corpus sous l'enseignement de Simon, un art qu'il maîtrise mal et dans lequel il vient de renforcer ces compétences... Ayant peu étudier cet art il a réfléchis à comment aider Aude à mieux s'harmoniser à cette magie... jusque là son laboratoire n'était pas spécialement harmonisé avec l'art Corpus. N'importe quel grimoire pour débutant recommande la nudité pour le professeur et l'élève, mais c'est exclu pour les 2 individus concernés.
En plus des visites aux malades, des bains quotidiens, Simon a également ordonné à Aude de passer près d'une heure à s'observer nue sous tous les angles entre les miroirs, elle fait cela tôt le matin avant l'arrivée de Simon. Le tableau-ardoise a été déplacer pour lui offrir plus d'intimité.
16 ans bientôt 17, Aude a enfin son corps de femme et il semble important pour Simon qu'elle commence par s'en faire une parfaite image mentale pour s'en souvenir éternellement, il espère ainsi que cette image mentale favorisera la magie Corpus qu'elle s'appliquera à l'avenir.

En plein hiver, quand tout le monde se couvre de fourrures, rester nu est une exigence rude. Aude est autorisée à tomber malade pourvu qu'elle en informe Simon en avance. Mais du coup Aude ne rechigne pas à entretenir les feux. Et pour cela Aude dort sur place ce qui contribue peu à peu à imprégner le laboratoire de son odeur et de l'harmoniser avec son propre corps.
Un esprit intrigant ou perverti imaginera peut-être d'autres motivations à Simon. Mais Aude ne devait pas discuter des méthodes d'enseignement et surtout c'est le hasard !! Les cours ont lieu en hiver depuis plusieurs années et cet hiver, même Simon n'avait pas prévu qu'il y aurait tant de visiteurs de marque dans le manoir... 4 mages viennent d'intégrer l'alliance, et la reine (et sa suite) est arrivée à l'improviste avec la ferme intention de passer l'hiver dans la place.
Récupérer la chambre d'Aude, voisine de la sienne à permis à Simon de faire de la place aux invités.

Lors de la dernière visite de la reine il y a 4 ans, Simon n'avait pas osé la faire entrer dans son laboratoire. Il craignait que la profusion de luxe que l'on y rencontrait puisse entraîner une baisse du financement royal. C'est le laboratoire d'Aurelia équipé de divan qui avait reçu la reine... en y repensant Circé la parens d'Aurelia et spécialiste Corpus a certainement un divan dans son laboratoire elle aussi... mais Simon doutait que les deux femmes en fasse le même usage.

Le risque est écarté, le roi Louis IX lui-même est venu, et pour les richesses Simon a laissé planer la possibilité qu'elles puissent être tout simplement illusoires. Mais la crainte reste : Quelles fleurs choisir pour l'occasion ? La résistance magique de la reine bloquera t'elle l'illusion sur le tableau-ardoise à l'entrée ? Pour éviter de prendre des risques il a mis en place des codes par lesquels en frappant à la porte Aude pourrait annoncer la plupart des visiteurs sans avoir à parler, une seconde de gagnée c'est déjà ça.

En réalité, tant que le rectangle est intact, un sort est actif sur le tableau : une fenêtre magique. Une illusion simple (de 1ere magnitude) dont l'impact dépend du potentiel artistique du lanceur. En l’occurrence, si l'effet n'est pas résisté on a l'impression de voir à travers le tableau. Ce qu'on voit ne se trouve pourtant pas derrière, bien qu'il y ait des similitudes, on y voit une pièce de 2 mètres sur 2 bien éclairée dans laquelle se trouve les images immobiles d'un homme et d'une femme complètements nus et hypers réalistes, ils font face à l'observateur et pour ne rien cacher sont dos à un immense miroir. Les tableaux ne servent-ils pas à illustrer les cours après tout ?
Simon aurait pu créer des images modèles en plein milieu du laboratoire, mais la magie sur le tableau est d'un genre particulier, nommée « miniature » par la maison Jerbiton, elle doit pénétrer la résistance magique.
Premier test déterminer ce que voit Isabelle.

1 coup à la porte, puis 2... Aude annonce que tout se passe comme prévu, donc Isabelle arrive.
Avatar du membre
VincentM
Représentant de pôle
Messages : 261
Enregistré le : 07 septembre 2014, 17:31
Activité princiale : Jeu de Rôle
Genre : Masculin 

Re: Simon de Jerbiton

Messagepar VincentM » 03 mai 2019, 21:52

** Paré de son aura ne présence exalté Simon se sentait prêt. **

-Entrez !

** la jeune fille entra Simon l'observa..
Le regard d'Isabelle balaya la salle.
Isabelle n'eut que peu de réactions. Elle resta silencieuse, elle était visiblement nerveuse et inquiète.**

- Asseyez vous mademoiselle !
Les entrées vont arriver. Nous avons un peu de temps pour parler des dernières nouvelles.

** Les entrées furent servies et il apparu qu'Isabelle n'avait que peu de nouvelles et de rumeurs à communiquer.
Simon ne pouvait lui en vouloir, il n'avait guère d'anecdotes à partager. Faire parler l'interlocuteur lui permet en général de s'informer... mais aujourd'hui il faudrait commencer par mettre Isabelle en confiance.
Isabelle est peut être inquiète suite à ce qui s'est passé au conseil,si ce n'est pas le cas, Simon il faut croire que les invitation de Simon ne la mettent pas en confiance **

- Je suis ravi que vous ayez décidé de parler de votre dernière œuvre au conseil.
Je maintiens qu'il était trop tôt pour la donner au roi, et nous y reviendrons.
J'aurais cependant apprécié, compte tenu de notre relation, d'être informé avant les autres. Peut être ais-je mal compris vos projets lorsque nous en avons parlé cet été.

- Je travaillais déjà dessus donc ce n'était pas un projet.

- Je dois reconnaître que j'ai, en regard du résultat, clairement sous évalué vos capacités...

- Je ne suis pas si douée.

- Allons vous êtes encore jeune et vous êtes trop modestes.
Combien d'artistes se prennent pour des génies avec des dons à peine plus exercés que les miens.
* Pour Simon il ne peut faire aucun doute pour les deux interlocuteurs que les Dons artistique d'Isabelle surclasse largement les siens. Il ne les aiguise pas suffisamment. Il s'attend donc à ce qu'Isabelle se sente complimentée*
Ce qui fait la réputation d'un artiste ce n'est que rarement ses œuvres de toute façon, mais leur contexte.

- Avant de poursuivre cet entretien et ce repas, je tiens à vous faire savoir que je considère que tout ce qui se passe entre ses murs
* et ici Simon désigne son laboratoire *
doit rester confidentiel, tout comme ce qui s'est dit au conseil auquel vous avez participé il y a quelques jours.

* Isabelle opine du chef *

* D'un geste Simon change la couleur du plafond, lui donnant un vert pastel *

- N'ayez crainte je commande le plat principal.

[Jusqu'au départ d'Aude qui annonça l'arrivée des plats et effectua le service, la conversation se focalisa sur les projets et travaux en court du scriptorium
Isabelle semble rechigner à parler de son travail... Simon devra donc la surveiller de près cet hiver]

-Bien attaquons.
Vous n'avez vraiment entendu aucune rumeur sur l'enquête menée par dame Sophia auprès de votre mère ?

- Non.

- Et vous ne savez vraiment rien de votre bienfaiteur ? Si ce n'est qu'il vous fourni des matériaux magiques et qu'il prédit l'avenir ?

-Oui

- Dans ce cas je me trouve dans une situation délicate.
Sachez que votre soeur n'a pas été informé et ne le sera pas... j'espère que Sophia et les autres tiendront leur langue.
Apparemment ils n'en ont pas encore parlé, seuls quelques mages sont au courant

Sophia a rencontré votre bienfaiteur, il sait que vous procéder un potentiel exceptionnel, et son objectif serait que vous obteniez la renommée que vous méritez, c'est un grand fan d'art et de votre oeuvre en particulier.

- Comme l'évêque d'Orléans ?

* Après les oui et les non, Simon ne s'attendait plus à une telle intervention... ça le pris de court... depuis 1223 il n'avait guère eu le temps d'échanger avec l'évêque d'Orléans. Les dernières fois c'était pour le mariage d'Ameline d'Arcy, la soeur ainée d'Isabelle et pour confronter les manque de leurs universités respective en matière de connaissance sur les langues arabes et grecques. C'est avec l'évêque précédent que Simon discutaient d'art pendant des journées entières. Il accueillit la nouvelles et classa les sous entendus dans son esprit.*

- Euh j'espère effectivement que vous vous entendez bien avec l'évêque car ça va devenir important avec vos talents.
Même si celui-ci me semblait plus concerné par son université et les enseignements de l'arabe et du grecque.
Au fait savez vous où nous en sommes pour lui produire de tel ouvrage ?

- Il y en a dans le scriptorium je crois

- Ah bon, enfin. De qui est il ?

- Je ne sais pas,je ne lis pas encore l'arabe.

* On aurait donc déjà un livre en arabe... Simon pensais devoir attendre encore u peu pour convaincre Mansour d'en écrire un, affaire à suivre.
Heureusement que ça avance vu le peu de temps qu'il ne parvient pas à consacrer au suivi de l'affaire *

- Bon parfait.... on verra cela plus tard
Ce qui m'inquiète ce sont de rumeurs que Sophia a arraché à votre mère.....
*Simon essaya de revenir ausujet de conversation prévu.*
Et du coup j'ignore ce que je dois vous en dire.... je vais me limiter à ce qui pourrait vous concerner directement
Selon la rumeur, votre bienfaiteur *Simon marqua un pause pour s'assurer qu'Isabelle n'avait plus rien en bouche et qu'il avait son attention* serait une créature magique et potentiellement votre réel géniteur...
* peu de réactions*
si tel est le cas...
*Isabelle semble attentive et quelques peu gênée, et incapable de répondre*
en dépit de ce que ça révèle de votre mère....
ça signifierait que vous êtes liée au monde de la magie...
presque comme moi et votre soeur Aude.

Vous êtes choquée ?

*Isabelle informé (partiellement), il convient de lui offrir une porte de sortie.*

Ce n'est encore qu'une hypothèse parmi d'autres, mais pour moi elle a le mérite d'expliquer l'origine des matériaux, partiellement l'origine de vos dons, et surtout les motivations de cet homme... si si version est vrai, il ne représente pas une menace pour vous.

Mais voila ça me cause d'autre soucis...
Voyez vous cet individu vous a fait courir un risque en passant commande d'un livre sur le tournoi, AVANT que le tounoi n'ait lieu. Et en souhaitant que vous soyez une artiste renommées sans savoir exactement ce que cela implique dans notre société.

Je me dois de vous fournir quelques conseils :

- à votre niveau de renommée ne travaillez que pour un patron qui assumera la commande qu'il vous à donner à honorer. Les artistes courrent des risquent quand ils produisent une oeuvre... que diraient l'évêque s'il voyait celle ci
* Simon en montra l'illusion du couple complètement nu, et Isabelle eu la decence de ne pas se retourner *
Rappelez vous la grande guerre des iconophiles entre le pape et Constantinople, guerre à laquelle les ancêtres des Jerbiton ont participé. l'art est presque toujours engagé, religieusement ou politiquement
*Devant le manque de conversation de son interlocutrive Simon préféra ajouter un exemple **
Si vous faites un dessin d'une divinité grecque les chrétiens peuvent vous le reprochez sur les base des 10 commandements...etc... ce n'est pas à vous d'assumer cela.

- Euh c'est un point de débat

- Oui c'est un point de débat....
Mais souhaitez vous débattre de votre oeuvre pendant des années ou en réaliser une autre ?

- Les 10 commandements c'est pas d'images taillées (et là il y a matière à débat avec les statues dans les églises) et pas d'autres dieux vénérés.

* Isabelle a effectivement été suffisamment instruite pour pouvoir débattre de la question. Simon la laissa parl", ça lui permis aussi de consommer quelques bouché avec un peu de dignité. *

- Bravo vous avez étudié quelques débats visiblement mais c'est très relatif.

*Il faut bien l'encourager*

- Ensuite l'art est un monde impitoyable les évêques sont les plus gros consommateurs et tout les artistes veulent travailler pour eux, vous êtes une femme issue d'une famille rejetées, lorsque vous serez connu, vous serez en première ligne des dénigrations.... d'artiste moins connus ou plus ambitieux.

- Alors que si son patron était le roi ou un mage...

* Un espoir ? un reproche ? une attente ? en tout cas elle n'est pas totalement ignorante des intrigues de sa profession et a de l'ambition. *

- Oui mais personne n'est à l'abris de la calomnie... à moins que vous ne travailliez pour vous uniquement méfiez vous si vous travaillez trop vite... les autres ** Simon désigne ici les ignorant en matière d'art* n'ont pas la moindre idée du temps de réalisation que demande un tel ouvrage, moi j'ai idée que vous avez poussé vos limites un peu trop loin... Ne travaillez pas les dimanche, jamais !!! ou on vous le reprochera... les rumeurs visent à tout montrer en noir ou en blanc, si vous travailler très vite pour une évêque bien disposé... il ne verra qu'une influence céleste guidant vos doigts... inversement tous les jaloux chercheront des indices laissant entendre que vous êtes guidées par une influence infernale.
Donc pas de travail le Dimanche et si on achète des oeufs avant le carême pour faire des peintures on s'arrange pour les faire devant des témoins. ce ne sont que des exemples.
* des exemples pas choisis par hasard à l'approche du carême.*

- Bref pour que vous évitiez tous les pièges je vous conseille de vous former en étudiant des ouvrages sur les royaumes, pas les royaumes féodaux... Bien qu'en en sache rarement assez vous maitrisez déjà bien le sujet. Non je parle ici des royaumes surnaturels : divin, infernal magique et féérique.
En l’occurrence le texte de Flavia devrait être relu par un théologien, nous en avons, avec un petit commentaire de leur part elle se décharge de tout risque ou presque.

- Les maitres ont lu les épreuves et n'ont rien trouvé à redire

- Parfait
Etudiez le monde magique dans votre cas est surtout utile pour comprendre, si vous disposez de don magiques, comment ils se manifestent.

Enfin il y a un point qui m'a déplu, l'étude du divin vous apprendra qu'il y a une magie qui est pécheresse par nature. Savez vous laquelle ?

- Non

* Simon changea à nouveau la couleur du plafond en orange pastel *

- En fait il y en a plusieurs mais celle que je ne saurais défendre, et qui nous concerne ici, c'est la "divination" !
Quand j'ai demandé comment vous aviez pu faire un tel travail en si peu de temps vous avez mentionné un "oracle". C'est une erreur à ne plus commettre.
J'ai immédiatement détourné la conversation en mentionnant les dangers que votre ouvrage pose à cause des fées, mais je suis en réalité préoccupé par cet aveu.
Vous n'avez pas eu recours à un oracle mais à la chance.. vous souhaitiez que l'empereur soit à et l'avez anticipé.... Si votre bienfaiteur vous produit un nouvel oracle, informez m'en, je mettrai un point d'honneur à prouver qu'on peu le déjouer, la magie la plus puissante du monde, c'est le libre arbitre et tout le monde en dispose.
Avez vous compris ?

- Oui.

- Passons au dessert.

[Le dessert fut annoncé et servi]

-Normalement personne ne parlera de ce qui a été dit au conseil, et personne n'a accordé autant d'importance que moi à ce point... si vous m'aviez prévenu je vous aurais mis en garde en amont... Mon plus gros point d'inquiétude, c'est Flavia Minor... je ne connais rien d'elle, Alain et Richard l'on accueillit après l'avoir secouru, j'ignore ses pratiques religieuses.... et je préférerais qu'elle oublie cette affaire... si vous en reparlez avec elle , faites oublier cet histoire d'oracle et informez moi de ce qu'elle en a retenu.

- euh, elle est chrétienne mais elle est un peu "décalée"

- Ah....je demanderai à Aude de la fréquenter un peu plus cette année pour me tenir au courant.

- Vous souvenez vous du travail que je vous ai demandé de réaliser cet été ?

- Oui

- Bref vous savez à présent si vous avez lu la lettre sur quel projet je vais me lancer

- je n'ai pas lu la lettre
j'ai juste faits l'illustration demandée

- Et bien je vais vous le dire on m'a chargé d'établir un contact entre l'Ordre et la société mondaine pour que l'Ordre en fasse partie... et j'aurai de nombreux ennemis :
Les mages conservateurs qui pensent que c'est trop risqué puisqu'en officialisant l'Ordre, on risque un conflit avec l'Eglise ou avec les nobles,
les ennemis de l'ordre, les démon,
Et tous ceux qui n'accueilleront pas favorablement le changement.
Même mes propres alliés qui risquent de se sentir trahit si je n'en fait pas assez.
Très peu de gens sont encore au courant de mes projets, et il doit en être ainsi pour limiter les risques.

L'important pour mener un tel projet c'est que ma réputation reste irréprochable, et pour trouver des angles d'attaque je crains que votre propre travail ne soit passer au crible. Mes sodales n'y connaissent rien à l'art ** une affirmation plus si vraie **, mais je ne peux pas être sûr que ce sera le cas de tous mes ennemis.

C'est la principale raison pour laquelle votre œuvre ne doit être mentionnées dans aucun catalogue AVANT Pâques... personne ne doit imaginer qu'un Oracle fut nécessaire pour la produire.

- D'accord.

*Isabelle réalise t'elle vraiment ce que cela signifie ? *

- Certes je n'ai pas encore envoyé la lettre, mais je ne veux pas prendre encore plus de retard.... c'est la réelle raison qui me pousse à décaler la remise de votre cadeau
Sans votre présence d'esprit mes projets auraient été différés de plusieurs années, et on prenait le risque de finir conspués par l'église et de mettre l'Ordre en danger.
J'apprécierais donc que vous continuiez, en façade, à travailler encore sur votre œuvre pendant quelques semaines.
Vous avez vraiment compris ?

- oui
Mais vous pourriez en parler au roi ?

** Isabelle semble vraiment ambitieuse en fait, Simon pensait que l'empressement venait de Flavie.. **

- Nous aborderons le sujet avec le roi à Pâques. Votre cadeau doit rester une surprise il me semble.
- Je vous fait confiance... je compte sur vous, et ensuite nous verrons comment nous pourrons vous gagner le patronage du roi, de l'évêque...
Si je vous laisse un peu de temps pour produire de nouvelles merveilles.

** On arrive au bout de la conversation et du dessert... Maintenant même si la reine force sa porte, la plus grande crainte de Simon pour ce repas, tout devrait bien se passer **

- En fait cet hiver nous pourrions même organiser une petite entrevue entre vous, Flavia et la reine pour vous faire bénéficier de ses souvenir sur le sujet du tournoi... Pour voir s'ils sont en adéquation avec votre œuvre...

- D'accord

** Comment ça, est ce que ça li fait plaisir au moins ??? Inutile de lancer le sort pour percevoir ses motivation, Simon se sait convaincu qu'elle n'est passionnée que par son art... et qu'il n'apprendra rien d'autre, et il souhaite au moins lui faire confiance, au moins une dernière fois...mais quel travail devra elle interrompre pour suivre ses directives...
Au moins s'il parvient à convaincre la reine ça occupera ces 3 femmes un moment et lui permettra de surveiller ce petit monde en limitant les risques**.

- Euh, .... j'espère que ça fera plaisir à Flavia... mais n'oubliez pas que cette réunion sera destinée à préparer une surprise pour le roi...
N'annoncez rien à Flavia pour le moment je vous préviendrai...
Et n'oubliez pas...même si je ne suis pas toujours disponible nous nous croiserons régulièrement surtout cet hiver, et vous parlez régulièrement avec votre sœur. Si qui que ce soit vous semble compromettre mes attentes ou mes conseils, faîtes le moi savoir.

** D'un geste Simon supprima la couleur illusoire sur le plafond qui redevint blanc. Jusqu'au jour ou un artiste lui produirait une œuvre magnifique en adéquation avec les teintes du laboratoire...**

Retourner vers « Role-play »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité