Simon de Jerbiton

Avatar du membre
VincentM
Représentant de pôle
Messages : 259
Enregistré le : 07 septembre 2014, 17:31
Activité princiale : Jeu de Rôle
Genre : Masculin 

Simon de Jerbiton

Messagepar VincentM » 10 octobre 2014, 16:02

1223 : premiers jours du printemps, laboratoire de Simon de Jerbiton

Quel genre d’homme pouvait bien être le baron Amelin d'Arcy ?

Alors que Simon ex Jerbiton regardait l’école de la fenêtre de son laboratoire, cette question ne le quittait pas.

Il avait éconduit Marceline d'Arcy en lui expliquant qu’elle n’avait pas les moyens de s’offrir les secrets de la magie hermétique, mais il se trompait, finalement elle les avait.
Cependant c’est surtout le mari qui l’inquiétait, c’était un baron, cette fois c’est Simon qui souhaitait interagir avec les mondains plus l’inverse. On ne le lui reprocherait pas mais tout pourrait tellement mal se passer.
Était-ce un chasseur, un fainéant, un croisé, un grabataire ? Il semblait que non, d’après ce qu’il en avait appris des trois filles d'Arcy qui devaient à l’instant même étudier dans le bâtiment en face de lui.
Pourvu que le père d’Aude ne soit pas aussi retord que sa mère... à supposer que le baron était bien le père... un soucis de plus qu’il faudrait éclaircir.
Il devrait également être sûr, Aude avait elle le don doux ? Fait elle l’affaire ? Le seul camarade de son age est Aaron pas si facile d’observer les interactions qui la lient aux autres. Il lui faudrait également être capable de faire ce genre de vérification seul.

La lumière du soleil filtrait à travers les rares flocons de neige à s’attarder encore. Tout comme la lumière se reflétait sur la neige, elle éclairait une immense toile blanche dans le laboratoire de Simon, celui-ci lui tournait ostensiblement le dos. Malgré la présence d’une source magique de lumière dans la salle, la toile étaient tournée pour profiter au maximum de la lumière naturelle.
Il avait décidé de s’y atteler mais à présent il doutait qu’il en fut capable. Ces pinceaux ses peintures tout était rangé, cette fois il n’en aurait pas besoin. Sa palette était couverte de neige fondue, il avait voulu étudier la différence de teinte entre la neige fraîche et la blancheur grisâtre de la toile.

Qu’adviendrait il d’Aude s’il se tuait en ratant son expérimentation, dans celle-ci, celle qui lançait son projet expérimental, ou au cours de l’une des suivantes. Il pensait que le printemps serait propice à expérimenter ce rituel permettant de créer un tableau par magie. Mais Simon savait d’ores et déjà que ce ne serait pas le cas.
Il ne pouvait se résoudre à se retourner, les 2 foyers de son laboratoire s’étaient éteins à présent, la chaleur chutait, s’atteler à la tâche : NON, ouvrir la fenêtre par contre, observer l’extérieur de plus près pourquoi pas ? C’est à l’extérieur qu’étaient les réponses, Simon était si avide de réponses qu’il luttait contre la pulsion d’ouvrir cette ridicule barrière qui les séparait lui et elles.

Il en arrivait à cette idée quand il le vit.
Un point rouge s’approchait de l’alliance. Évidemment le toque rouge avait épousseté la neige qui le couvrait en s’approchant de l’alliance pour faire bonne impression. Du rouge sur du blanc, même perdu dans ses pensées Simon l’avait repéré de loin.
Simon avait choisi son laboratoire avec soin. Il avait une vue imprenable sur l’entrée principale de l’alliance, sur celle du manoir, sur l’école, sur l’écurie.
Inutile de se presser, dans la cour Richard s’affairait, il avait reçu une message la veille et semblait sur le départ, il s’occuperait de l’accueil du toque rouge. Trois messagers en si peu de temps. Simon repensa à la lettre dépliée sur son bureau à l’autre bout du labo. Cette missive arrivée l’avant veille était émise par le roi en personne, en voyant arriver le messager royal Simon avait crains le pire, mais non le roi s’enquérait simplement de la situation en Bretagne. Apparemment il y rencontrait des troubles.
Qu’est-ce que ça peut me faire, se dit Simon... On ne va pas lui tuer un dragon tous les ans. Les chevaliers anglais n’en chevauchent pas aux dernières nouvelles... alors que se passe t’il ?

Des troubles en Bretagne, il y a Expectatio et Fudarus là-bas, mais ils n’auraient pas ennuyé les mondains, quand bien même ils n’auraient pas appelé Richard en urgence.
En y regardant bien ce toque rouge vient de Dragon’s Rest. Tout est clair. Le roi pour la Bretagne, Rotgiers pour Montverte, et maintenant Proctor ex Guernicus pour Confluencis. Il se passe quelque chose de grave c’est évident.
Il se passe quelque chose de très grave : Les Tytalus, Montverte, les Guernicus, le roi, et donc Mathieus... les seuls partenaires qui comptent. Pourquoi est-il toujours le dernier au courant ?

Pourquoi ?
Un jour il sera toujours le premier au courant. Simon se retourna et leva les bras vers sa toile blanche. Un jour la vérité apparaîtra ici d’elle-même !! Il le faut.

Des pas précipités accouraient pour cogner à sa porte, la sienne en premier évidemment.
- Maître Simon ?!
- Je suis déjà au courant prévenez les autres.

Au courant de quoi ? il n’avait même pas pris la peine d’envoyer quelqu’un enquêter sur le baron, il n’en avait pas les moyens. Il n’était au courant de rien.
Au moins, s’il devait mourir avant l’été, ce ne serait certainement pas dans son propre laboratoire. Richard ne partirait sans doute pas seul.
Avatar du membre
VincentM
Représentant de pôle
Messages : 259
Enregistré le : 07 septembre 2014, 17:31
Activité princiale : Jeu de Rôle
Genre : Masculin 

Re: Simon de Jerbiton

Messagepar VincentM » 14 octobre 2018, 13:10

Hiver 1229 : quelques jours après Noël, laboratoire de Simon de Jerbiton

Simon attendait dans son laboratoire, assis à sa table... il attendait Isabelle d'Arcy qui devait venir partager son déjeuner en tête à tête.

Le laboratoire n'avait pas beaucoup évolué ces dernières années
Rappel : viewtopic.php?f=48&t=32&p=150&hilit=pl%C3%A2tre#p150

Il y avait cependant des changements notables, mais tous étaient très récents.
Sur la table le vase en argent est garni de fleurs comme à chaque fois qu'un invité est attendu. Isabelle qui s'est déjà présentée plusieurs fois ne peut ignorer que les fleurs présentes ici ont une signification. Quelques jours après Noël, aucun observateur ne sera étonné d'y trouver beaucoup de houx et une fine tige de guy, dissimulée au milieu... Simon était assez fier d'avoir pu se procurer facilement ces 2 « messages », mais ces plantes mettent en valeur une fleur présente en grande quantité et qu'on ne trouve pas en cette saison : des acanthes.

Cette fois la table est un peu reculée dans le laboratoire. Le tableau-ardoise qui coupe la visibilité d'un bout à l'autre n'est pas comme à son habitude derrière la table, mais tout de suite à droite quand on entre. Il sépare l'entrée en 2 pièces, la table fut reculée pour rendre possible la circulation autour.

Sur le tableau-ardoise, rien d'écrit, seulement un immense rectangle tracé à la craie. De l'autre côté comme d'habitude l'armoire, le miroir de plain pied, et le bureau sur lequel on trouve du matériel de maquillage et à présent un second miroir.
Enfin ça c'est ce que voit Simon et quiconque, en dehors d'Aude, dispose d'une résistance à la magie supérieure à 2. Pour les mages protégés par une parma, l'alerte est perpétuelle, mais elle reste douce et fini par s'oublier. Du coup Simon n'active pas toujours sa parma pendant les cours, mais là elle est active, au cas où.

La pièce est particulièrement bien chauffée... Les 2 cheminées produisent de belles flammes comme le braséro au centre du laboratoire. En plein hiver, on sent que le feu est continuellement entretenu et le laboratoire particulièrement bien isolé. Les fenêtres sont toutes calfeutrées par d'épais aggloméras de produits isolants réalisés sur mesures pour ce laboratoire et décorés en harmonie avec la pièce. Visiblement le calfeutrage restera là tout l'hiver, le laboratoire disposant d'un éclairage magique et depuis peu d'un objet magique assainissant l'air...une agathe négligemment posé sur une cheminée, le premier objet enchanté d'Aude.

Au fond du laboratoire le matériel de peinture est rangé, Simon n'a plus rien peint depuis plus de 2 ans. Et le sigma, (divan comme ceux sur lesquels les romains prenaient leurs repas) est tiré un peu plus au centre du laboratoire. En fait il faut savoir qu'il est là, car il disparaît sous d'épaisses couvertures.

Alors que se passe t'il ? en dehors de l'hiver et des débuts d'Audes dans la carrière d'enchanteresse pour justifier ces changements. Depuis 2 semaines Aude étudie l'art Corpus sous l'enseignement de Simon, un art qu'il maîtrise mal et dans lequel il vient de renforcer ces compétences... Ayant peu étudier cet art il a réfléchis à comment aider Aude à mieux s'harmoniser à cette magie... jusque là son laboratoire n'était pas spécialement harmonisé avec l'art Corpus. N'importe quel grimoire pour débutant recommande la nudité pour le professeur et l'élève, mais c'est exclu pour les 2 individus concernés.
En plus des visites aux malades, des bains quotidiens, Simon a également ordonné à Aude de passer près d'une heure à s'observer nue sous tous les angles entre les miroirs, elle fait cela tôt le matin avant l'arrivée de Simon. Le tableau-ardoise a été déplacer pour lui offrir plus d'intimité.
16 ans bientôt 17, Aude a enfin son corps de femme et il semble important pour Simon qu'elle commence par s'en faire une parfaite image mentale pour s'en souvenir éternellement, il espère ainsi que cette image mentale favorisera la magie Corpus qu'elle s'appliquera à l'avenir.

En plein hiver, quand tout le monde se couvre de fourrures, rester nu est une exigence rude. Aude est autorisée à tomber malade pourvu qu'elle en informe Simon en avance. Mais du coup Aude ne rechigne pas à entretenir les feux. Et pour cela Aude dort sur place ce qui contribue peu à peu à imprégner le laboratoire de son odeur et de l'harmoniser avec son propre corps.
Un esprit intrigant ou perverti imaginera peut-être d'autres motivations à Simon. Mais Aude ne devait pas discuter des méthodes d'enseignement et surtout c'est le hasard !! Les cours ont lieu en hiver depuis plusieurs années et cet hiver, même Simon n'avait pas prévu qu'il y aurait tant de visiteurs de marque dans le manoir... 4 mages viennent d'intégrer l'alliance, et la reine (et sa suite) est arrivée à l'improviste avec la ferme intention de passer l'hiver dans la place.
Récupérer la chambre d'Aude, voisine de la sienne à permis à Simon de faire de la place aux invités.

Lors de la dernière visite de la reine il y a 4 ans, Simon n'avait pas osé la faire entrer dans son laboratoire. Il craignait que la profusion de luxe que l'on y rencontrait puisse entraîner une baisse du financement royal. C'est le laboratoire d'Aurelia équipé de divan qui avait reçu la reine... en y repensant Circé la parens d'Aurelia et spécialiste Corpus a certainement un divan dans son laboratoire elle aussi... mais Simon doutait que les deux femmes en fasse le même usage.

Le risque est écarté, le roi Louis IX lui-même est venu, et pour les richesses Simon a laissé planer la possibilité qu'elles puissent être tout simplement illusoires. Mais la crainte reste : Quelles fleurs choisir pour l'occasion ? La résistance magique de la reine bloquera t'elle l'illusion sur le tableau-ardoise à l'entrée ? Pour éviter de prendre des risques il a mis en place des codes par lesquels en frappant à la porte Aude pourrait annoncer la plupart des visiteurs sans avoir à parler, une seconde de gagnée c'est déjà ça.

En réalité, tant que le rectangle est intact, un sort est actif sur le tableau : une fenêtre magique. Une illusion simple (de 1ere magnitude) dont l'impact dépend du potentiel artistique du lanceur. En l’occurrence, si l'effet n'est pas résisté on a l'impression de voir à travers le tableau. Ce qu'on voit ne se trouve pourtant pas derrière, bien qu'il y ait des similitudes, on y voit une pièce de 2 mètres sur 2 bien éclairée dans laquelle se trouve les images immobiles d'un homme et d'une femme complètements nus et hypers réalistes, ils font face à l'observateur et pour ne rien cacher sont dos à un immense miroir. Les tableaux ne servent-ils pas à illustrer les cours après tout ?
Simon aurait pu créer des images modèles en plein milieu du laboratoire, mais la magie sur le tableau est d'un genre particulier, nommée « miniature » par la maison Jerbiton, elle doit pénétrer la résistance magique.
Premier test déterminer ce que voit Isabelle.

1 coup à la porte, puis 2... Aude annonce que tout se passe comme prévu, donc Isabelle arrive.

Retourner vers « Role-play »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité