Pion & Click - Histoire croisée des jeux de société et vidéo

 

Si les jeux de société sont bien plus anciens que les jeux vidéo (les versions en boîte, telles que nous les connaissons, datent du milieu du XIXème siècle), leurs histoires contemporaines témoignent de leurs similitudes.

 

UraniumJusqu'aux années 1970, les jeux de société s'imprègnent souvent de l'actualité : jeux sur les sports, la vie quotidienne, l'économie, la guerre et les grandes avancées technologiques, les joueurs aiment s'immerger dans l'univers représenté.

Le tout premier jeu vidéo voit le jour en 1958 : Tennis for Two propose à deux joueurs de s'affronter dans une simulation de tennis sur écrans d'oscilloscopeSpaceWar ! (1962), sera considéré comme le véritable premier jeu vidéo, pensé non pas comme une imitation sportive mais comme une expérience ludique. En 1972, la borne d'arcade Pong devient le premier phénomène de jeu vidéo grand public.

 

Tennis for two

La fin des années 1970 voit l'essor des jeux de société dits « américains » : longs et complexes, ces jeux aux thématiques fortes répondent aux exigences d'un public d'adolescents ou d'adultes passionnés. L'accent est mis sur l'univers davantage que sur les mécanismes de jeu, avec pour la plupart d'entre eux une grande place laissée au hasard.

C'est la firme Nintendo qui va revitaliser le jeu vidéo en 1986 avec Super Mario Bros, qui trouve chez les enfants un nouveau public pour le medium. Tetris (1987) connait un succès phénoménal, et des jeux plus complexes voient le jour (dans Populous par exemple, le joueur incarne un dieu). En 1989, le jeu vidéo devient portable avec la Game Boy.

MarioAvec la constitution de l'Europe, la France découvre l'école de jeu allemande : les concepteurs proposent des jeux aux règles simples et aux parties courtes (deux heures maximum). L'accent est mis sur les mécanismes de jeu davantage que sur l'univers. Peu de place est laissé au hasard dans ces jeux stratégiques. Une nouvelle notion apparaît progressivement : la coopération entre joueurs. Cette production allemande favorise la popularité grandissante du jeu de société dans les milieux familiaux et grand public.

Le début des années 1990 est l'une des périodes les plus créatives du jeu vidéo : l'arrivée des consoles 16-bits (Super NES et Megadrive) ouvre un champ de possibilités techniques qui se traduit par un foisonnement de genres vidéo-ludiques : le combat (Street Fighter), la stratégie (Dune II), l'horreur (Alone in the Dark), le jeu de tir subjectif (Doom), le point & click (Monkey Island), le jeu de rôle (Final Fantasy)...

C'est avec les années 2000 que les jeux de société connaissent un début de segmentation marketing : la conception est orientée vers un type de public. Sont alors différenciés les jeux rapides et interactifs, séduisant un public plutôt familial (jeux d'ambiance) des jeux plus complexes, demandant un investissement personnel plus important.


Le jeu vidéo des années 2000
 est marqué par les innovations technologiques (reconnaissance de mouvements, photoréalisme) et la portabilité des jeux (sur smartphone et tablette) qui enrichissent le paysage vidéo-ludique. Des jeux aux scénarios profonds (comme Heavy Rain), à l'expérience visuelle originale, qui cherchent à faire vivre une expérience au joueur tout autant qu'à le divertir, favorisent les premières revendications du jeu vidéo en tant qu'oeuvre d'art.

Aujourd'hui, nombre d'auteurs de jeux de société s'inspirent du meilleur des deux écoles (allemande et américaine) pour créer leurs jeux : c'est notamment la démarche franco-belge qui fait la part belle à la simultanéité entre joueurs. Enfin, la période actuelle est également marquée par un regain de popularité des jeux de société, en écho au succès des party games vidéoludiques (démocratisés par la Wii de Nintendo) et à celui des jeux vidéo implémentés dans les réseaux sociaux.

 Heavy Rain

 

  • Pour les jeux vidéo, les informations proviennent de Start ! La grande histoire des jeux vidéo, de Erwan Cario, édition La Martinière.